You are currently viewing 5 astuces pour une transition en douceur vers le partage d’une chambre avec un grand frère/sœur

5 astuces pour une transition en douceur vers le partage d’une chambre avec un grand frère/sœur

En tant que coach du sommeil, on me demande régulièrement quand les frères et sœurs devraient être autorisés à partager la chambre et si j’ai des conseils à donner. Donc voici mes conseils pour une transition en douceur vers le partage d’une chambre entre frères et sœurs.

Pourquoi partager une chambre ?

Tout d’abord, répondez à cette simple question : pourquoi laisseriez-vous vos enfants dormir ensemble dans une chambre ? Eh bien, au début, cela peut être pour des raisons pratiques. Par exemple, un nouveau frère ou une nouvelle sœur est en route et il n’y a pas assez de chambres dans la maison pour donner une chambre à chaque enfant. Mais cela peut aussi être pour des raisons émotionnelles, comme le fait que le grand frère veuille dormir avec son petit frère ou sa petite sœur parce qu’il se sent seul. Quelle que soit la raison, le partage de la chambre peut certainement être un succès si l’on tient compte des éléments suivants.

1.Attendez que le plus jeune fasse (presque) ses nuits

Cela semble très logique, mais n’est pas toujours facile. Le plus jeune bébé a peut-être déjà plus de 6 mois, les parents aimeraient qu’il partage désormais la chambre de son grand frère ou de sa grande sœur, mais le bébé se réveille encore plusieurs fois pendant la nuit. Le risque que votre enfant se réveille la nuit à cause du bébé est très grand une fois que la chambre est partagée. Vous serez très vite tenté de prendre le bébé dans votre lit la nuit lorsqu’il pleure pour ne pas réveiller le grand frère ou la grande sœur et les problèmes de sommeil la nuit seront peut-être très difficiles à résoudre. Il faut donc d’abord travailler sur les habitudes de sommeil du bébé et ne faire la transition que lorsque les nuits se passent bien. Il est parfaitement possible de se réveiller une fois pour une tétée/un biberon de nuit, mais il est plus difficile de se réveiller plusieurs fois. En pratique, la chambre peut généralement être partagée avec un grand frère ou une grande sœur dès l’âge de 6 mois (chez les jumeaux, cela peut bien sûr se faire dès le premier jour), car la plupart des bébés à partir de cet âge (et parfois plus jeunes) peuvent dormir toute la nuit avec une seule tétée/un seul biberon ou pas de tétée/biberon du tout. Vous pouvez consulter nos services ici pour voir comment nous pouvons vous aider dans ce domaine.

2. Suivez la routine de chaque enfant

Ce n’est pas parce que la chambre est partagée que l’heure du coucher doit nécessairement être la même. Il va sans dire qu’un enfant plus âgé se couchera un peu plus tard qu’un enfant plus jeune. Bien sûr, ce n’est pas toujours pratique, mais essayez de trouver un équilibre, car une heure de coucher tardive est l’un des principaux facteurs déclenchants pour un enfant fatigué, ce qui peut rapidement entraîner des nuits difficiles ou des réveils précoces. Bien sûr, il est important que l’enfant qui se couche plus tard comprenne qu’il doit être calme à l’heure du coucher afin de ne pas réveiller son petit frère ou sa petite sœur. Dans le guide des routines, vous pourrez trouver les routines que je recommande, en tant que coach du sommeil, pour chaque groupe d’âge.

3. Donner à chaque enfant son propre espace

Bien sûr, il vous faudra pour cela une chambre spacieuse, ce qui ne sera pas possible partout, mais essayez de donner à chaque enfant son propre espace de sommeil dans la chambre. Ne placez donc pas les lits l’un à côté de l’autre, mais par exemple avec les pieds tournés l’un vers l’autre, chacun contre un mur différent de la pièce. Vous pouvez ensuite placer une table entre les lits pour les séparer physiquement. Vous pouvez également décorer chaque mur différemment pour créer deux espaces de couchage distincts dans la même pièce. Une autre option consiste à placer les lits les uns à côté des autres, mais en utilisant un paravent par exemple.

4. Offrez des conditions de sommeil idéales

Veillez à ce que la pièce soit parfaitement sombre afin qu’un enfant ne doive pas réveiller l’autre par une belle matinée d’été à laquelle un enfant est sensible et l’autre non. Le bruit blanc peut aussi vous sauver la vie, vous pouvez installer cet appareil entre les deux lits pour qu’il puisse vraiment servir de bouclier. Même si les deux enfants n’ont jamais dormi avec un bruit blanc, ça ne peut pas faire de mal de commencer avec ça. Vous pouvez facilement l’éliminer progressivement par la suite en baissant un peu le volume à chaque fois jusqu’à ce qu’il ne soit plus nécessaire de l’allumer. Vous trouverez ici les appareils que je vous recommande pour cela.

5. Donner du temps

Il est parfaitement normal que les 2 ou 3 premières nuits soient un peu difficiles car tout cela est très excitant. Mais vous remarquerez que les enfants s’habitueront bientôt à dormir ensemble et qu’ils y prendront probablement beaucoup de plaisir. Votre enfant commence-t-il soudainement à tester ses limites en sortant du lit encore et encore, ou en parlant trop longtemps à son petit frère ou à sa petite sœur ? Soyez compréhensif mais cohérent. Expliquez-lui quand il est temps de se calmer et de fermer les yeux. Vous pouvez le visualiser en utilisant un réveil (lire mon blog sur les réveils ici). Votre enfant change soudainement d’avis et, après quelques nuits, veut récupérer sa chambre pour lui tout seul ? Essayez de rester ferme ici aussi. Il y aura probablement de bonnes raisons pour lesquelles vous avez décidé de faire partager une chambre aux enfants, alors tenez-vous-en à cela. Si votre enfant se rend compte qu’il a son mot à dire sur qui dort où, cela pourrait rapidement ouvrir la porte à d’autres problèmes de sommeil, comme le fait de ne pas vouloir se rendormir, de ne pas vouloir rester au lit la nuit, etc.

Et enfin, il est tout à fait normal d’avoir peur de partager une chambre avec deux jeunes enfants. Mais imaginez qu’il y a longtemps, c’était en fait tout à fait normal. À l’époque, les familles nombreuses étaient la norme et toutes les maisons n’avaient pas assez de chambres pour les accueillir. Donc, dormir avec un grand frère ou une grande sœur était vraiment la norme. Et s’ils ont pu le faire, vos enfants le peuvent aussi !   Alors, allez-y!

Bises,
Nathalie

Laisser un commentaire