You are currently viewing Au secours, mon enfant refuse ses siestes !

Au secours, mon enfant refuse ses siestes !

Un jour, après que tout se soit bien passé pendant un certain temps en terme de sieste et d’endormissement le soir, votre tout-petit se met soudainement à pleurer quand vous le mettez au lit pour sa sieste du midi. Qu’est-ce que je dis, votre tout-petit hurle et fulmine comme si sa vie en dépendait. D’où cela vient-il? Et que devez-vous faire dans un tel cas ?

Tout d’abord, refuser les siestes est un comportement 100 % normal pour les tout-petits. Tous les enfants en bas âge finirons par refuser la sieste à un moment ou à un autre. La plupart d’entre eux succombent rapidement à la fatigue dans leur lit, mais il y a des tout-petit qui, lorsqu’ils ont décidé de ne pas dormir ce jour-là, hurlent jusqu’à ce qu’on vienne les chercher.


Jusqu’à l’âge de 3 ans environ, la majorité des enfants ont besoin d’une sieste vers midi. La probabilité que votre enfant de 18 ou 24 mois refuse sa sieste parce qu’il « n’en a plus besoin » est donc très minime. Il s’agit souvent de quelques éléments ou d’une combinaison de ceux-ci qui ont déclenché le refus.


Le refus de faire la sieste est une phase qui peut se produire sporadiquement ou qui peut s’éterniser pendant des semaines. Il se peut aussi que votre enfant refuse de faire la sieste à la maison et non à la crèche. En tout cas, vous devez savoir que ce comportement est normal, mais qu’il est important de ne pas l’encourager. En tant que coach du sommeil, je donne régulièrement les conseils suivants aux parents d’enfants qui refusent de faire la sieste. Bonne chance !

1. Assurez-vous d’avoir une bonne routine

Par exemple, si votre enfant a fait deux siestes pendant trop longtemps ou si les heures d’éveil utilisées ne sont pas optimales pour son âge, les siestes peuvent rapidement être refusées. C’est une solution facile ! Le simple fait de s’assurer que votre enfant est dans une bonne routine peut faire disparaître les protestations autour des siestes comme la neige au soleil. Vous ne savez pas si la routine que suit actuellement votre enfant est optimale ? Téléchargez mon guide des routines, qui énumère toutes les routines que je recommande pour les bébés et les jeunes enfants âgés de 4 mois à 4 ans.

2. Sortez !

Un enfant en bas âge a beaucoup d’énergie et si, par exemple, il a joué tranquillement à l’intérieur toute la matinée, il y a de fortes chances qu’il ne soit pas vraiment prêt pour sa sieste du midi. Cependant, il est encore trop jeune pour rester éveillé jusqu’au soir, donc idéalement il ne devrait pas refuser la sieste. Ainsi, les jours où votre enfant est à la maison, proposez lui une promenade ou un jeu dans le jardin tous les matins ! C’est également la raison pour laquelle les siestes dans les crèches sont beaucoup moins susceptibles d’être refusées, car les tout-petits se fatiguent plus vite à cause de tous les jeux qu’ils font avec les autres enfants.

3. Au lit après le dîner

Il est préférable que les tout-petits se couchent l’après-midi, juste après le déjeuner. La raison est que lorsque les tout-petits sont autorisés à jouer un peu après le dîner, ils ont souvent un regain d’énergie et n’ont pas du tout envie de faire une sieste quand c’est « l’heure ». Cela crée la protestation qui peut facilement être évitée en offrant le déjeuner juste avant la sieste. Votre enfant vient de s’asseoir tranquillement sur sa chaise, mangera pendant une vingtaine de minutes et aura beaucoup plus de chances de s’endormir. Repoussez donc le déjeuner et donnez à votre enfant un goûter supplémentaire en matinée.

4. Mettre un pyjama

Un conseil qui fonctionnerait bien aussi, et que j’ai appris d’une amie coach du sommeil, est de mettre un pyjama avant la sieste. Comme votre enfant est habitué depuis longtemps à porter un pyjama à l’heure du coucher, cela forme une association positive au sommeil qui peut l’aider à se mettre dans un bon état d’esprit pour sa sieste. Cela vaut certainement la peine d’essayer si vous avez un enfant qui refuse de faire la sieste. Je voudrais également dire que le fait de mettre une gigoteuse est un must, en raison de l’association positive avec le sommeil. Il peut être mis au-dessus du pyjama ou des vêtements.

5. Soyez cohérent

Et enfin, et ce n’est pas le moins important, soyez cohérent. Un enfant en bas âge a une forte volonté propre et dès qu’il se rendra compte qu’il contrôle ses habitudes de sommeil, il voudra pousser les limites de plus en plus loin, croyez-moi. Alors ne soyez pas découragé quand votre enfant proteste. La sieste est un besoin fondamental pour les enfants. Tout comme vous ne refuseriez pas un repas à votre enfant, vous ne devriez pas non plus lui refuser une sieste. Ma règle avec les tout-petits est de leur donner une heure à chaque fois pour s’endormir. Vous essayez donc pendant une heure de lui faire faire la sieste. C’est long avec un enfant têtu, je sais. Mais avec une approche cohérente, la plupart des tout-petits s’endorment très vite lorsqu’ils remarquent que vous ne les prenez pas au premier signe de protestation. Si votre enfant chante ou joue avec une peluche, laissez-le faire. Il pleure ? Vous pourrez alors le réconforter pendant quelques minutes, sans le sortir de son lit ou de sa chambre. Cela sera frustrant pour votre enfant et il y a de fortes chances qu’il pleure de plus en plus fort à chaque fois. Plus vous êtes calme et cohérent, plus vite votre enfant cédera à l’envie de dormir dans son lit.

Votre enfant a plus de 2 ans ? Alors vous pouvez utiliser un réveil qui visualise cette heure (quand le réveil se réveille à nouveau, maman ou papa vient vous chercher !) Vous pouvez en savoir plus sur l’utilisation d’un réveil ici.


Votre enfant n’a vraiment pas envie de faire la sieste ?

Les siestes sont vraiment difficiles depuis un certain temps et vous ne savez pas comment changer cela ? Ou peut être que les siestes se passent bien, mais les nuits sont encore souvent interrompues ou les matins trop précoces ? Nous pouvons vous aider ! Pour les tout-petits, je recommande le guide du sommeil pour les tout-petits (sera en ligne très prochainement), mais il existe aussi des consultations individuelles ou un parcours personnalisé. En tant que coachs du sommeil certifiés, nous avons beaucoup d’expérience dans ce domaine et nous serions ravis d’aider votre famille à mieux dormir !

Bises,
Nathalie

Laisser un commentaire