L’allaitement et le sommeil

est-ce que l'allaitement cause vraiment un problème pour que bébé apprenne à faire ses nuits?

“Les bébés dorment plus vite avec le biberon”. J’ai déjà partagé certains mythes sur le sommeil sur Instagram et Facebook, mais je voulais écrire un article de blog sur celui-ci car il me tient particulièrement à cœur. Pourquoi? Parce que je croyais aussi à cette théorie et c’est plus ou moins la raison principale pour laquelle j’ai arrêté d’allaiter après 2 mois, même si tout se passait bien. Noélie n’était pas une bonne dormeuse et j’espérais tellement que les nuits soient meilleures avec le biberon.

En rétrospective, j’étais surtout sous-informée. Après tout, il est tout à fait normal qu’un bébé de deux mois se réveille pour manger la nuit, et c’est le cas aussi bien pour les bébés nourris au sein que pour ceux nourris au biberon. Et oui, Noélie s’est réveillée plusieurs fois pendant la nuit et j’étais plus fatiguée que jamais car je devais maintenant faire des biberons la nuit au lieu de l’allaiter.

En outre, Noélie se réveillait surtout parce que je l’aidais toujours à se rendormir en la nourrissant ou en la berçant, au lieu de lui apprendre à se rendormir toute seule. Armée de beaucoup plus de connaissances sur le sommeil et l’allaitement en tant que coach du sommeil, j’ai commencé il y a presque un an une nouvelle aventure avec ma fille Anaëlle. Je l’ai allaitée pendant 6 mois.

Quelques chiffres

Sur ma page Instagram (@snugglesanddreams) j’ai lancé, il y a quelques mois, un sondage sur l’allaitement auquel près de 8000 mamans ont répondu. Voici les résultats : 78% ont allaité, 22% ont choisi le lait artificiel tout de suite. Sur ces 78%, 61% ont allaité pendant moins de 6 mois et 37% pendant plus de 6 mois. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec les sondages, mais je n’ai pas été surprise par les résultats. Les recherches ont démontré que la majorité des mères commencent effectivement à allaiter, mais le font généralement pendant moins de six mois, ce qui se reflète également dans ce sondage.

En outre, 60% des mères ont déclaré avoir reçu un commentaire de leur entourage selon lequel le passage au biberon serait bénéfique pour les nuits. Je pensais que ce chiffre serait plus élevé, ce qui est très positif car cela montre que de plus en plus d’informations se diffusent pour montrer que l’allaitement et un bon dormeur peuvent vraiment aller de paire. Une belle preuve en est que nous travaillons quotidiennement avec des mères allaitantes qui souhaitent travailler sur les habitudes de sommeil de leur bébé ou de leur jeune enfant.

Et je peux déjà vous dire que nous travaillons aussi beaucoup avec des enfants qui reçoivent une alimentation artificielle, donc même là, des habitudes de sommeil difficiles peuvent apparaître et cela n’a rien à voir avec le type d’alimentation qu’on leur donne.

Enfin, j’ai demandé si certaines mères avaient arrêté pour les bonnes raisons et si elles avaient allaité plus longtemps avec un 2e ou 3e enfant. 60 % d’entre elles ont déclaré avoir arrêté pour les bonnes raisons et environ la moitié a dit avoir nourri plus longtemps avec un deuxième ou un troisième enfant. Ces 60% devraient être plus élevés, vous ne pensez pas? Parfois, il y a des raisons auxquelles on ne peut pas échapper et contre lesquelles on ne peut rien, mais il y a certainement aussi des mères qui, comme moi, ont arrêté plus tôt que prévu en raison de pressions extérieures ou fausses d’informations.

Extrait de mon livre

J’aimerais également partager avec vous un extrait de mon livre néerlandophone “Slaap, baby, slaap” sur l’allaitement maternel par rapport à l’alimentation au biberon : “Tout d’abord, la grande question: mon bébé dormira-t-il plus rapidement avec une alimentation artificielle? Non! Cette affirmation tenace est immédiatement démentie. Malheureusement, elle circule encore et est souvent la raison pour laquelle les mères arrêtent d’allaiter parce qu’elles sont épuisées par le manque de sommeil. Et qu’est-ce qui s’avère être le cas?

Le sommeil n’est pas meilleur du tout et la décision a donc été prise d’arrêter l’allaitement “pour rien”. Je suis moi-même tombé dans ce piège. J’ai arrêté d’allaiter après douze semaines parce que j’étais complètement épuisée. Est-ce que ma fille a mieux dormi? Absolument pas! Il est vrai que les bébés développent une association au sommeil avec le sein plus rapidement qu’avec le biberon.

Et cette association au sommeil peut amener un bébé à se réveiller plus que nécessaire pendant la nuit. Un autre facteur qui peut être décisif est que les bébés qui boivent des biberons s’adaptent généralement plus rapidement à une routine dans laquelle les biberons sont offertes toutes les trois ou quatre heures. La nuit, les bébés peuvent facilement sauter un biberon, ce qui peut entraîner une période de six à huit heures. Lorsque cette routine fait défaut en raison d’une alimentation uniquement à la demande, ces longues périodes peuvent également prendre plus de temps à se produire la nuit. Si l’allaitement se passe bien, l’avantage peut être que ces maman n’ont pratiquement pas de nuits interrompues.

Comme l’alimentation est immédiatement disponible lorsque le bébé se réveille, la maman et l’enfant peuvent se rendormir rapidement après la tétée. Soyons d’accord sur un point: l’allaitement maternel est la meilleure alimentation pour un bébé. Personne ne peut prétendre que ce n’est pas le cas. L’allaitement maternel est toujours adapté aux besoins du bébé, qui contribue à déterminer la production de sa maman. Bien sûr, il y a des mamans qui, pour des raisons personnelles ou médicales, choisissent de passer au biberon immédiatement ou après quelques semaines. Et c’est tout à fait normal! Mon objectif est principalement de dissiper l’idée que les bébés nourris au sein sont “condamnés” à mal dormir. L’allaitement ne doit pas du tout faire obstacle à des habitudes de sommeil saines.”

Des habitudes de sommeil saines

Il s’agit donc d’inculquer à votre bébé des habitudes de sommeil saines afin qu’il puisse abandonner les tétées/biberons nocturnes lorsqu’il sera prêt, qu’il s’agisse de lait maternisé ou de biberon. C’est ce qu’illustre également ce témoignage d’une maman: “J’ai allaité mes deux filles pendant 7 mois. Au bout de trois mois, mon aîné a fait ses nuits (de 19 heures à 3 heures du matin, une tétée nocturne, puis à nouveau jusqu’à 7 heures du matin). Quand elle avait quatre mois, elle faisait ses nuits sans tétée. Avec elle, je me levais toujours du lit, j’allumais la lumière, je lui mettais une couche et je la nourrissais sur une chaise, ce qui la rendait souvent “trop éveillée”.

Malgré cela, elle et moi nous nous endormions toujours rapidement après l’allaitement. Avec ma plus jeune, j’avais appris ma leçon. Elle a eu besoin de tétées nocturnes pendant beaucoup plus longtemps (deux jusqu’à six mois, une à sept mois et rapidement plus rien), mais je n’ai jamais eu de nuits éveillées. Je l’ai mise au lit avec moi et je la désposais dans son lit après les tétées. Je me considère donc comme l’exemple parfait que l’allaitement ne doit pas affecter les nuits! Ma première fille a fait ses nuits après quatre mois (et a été nourrie exclusivement au sein pendant six mois) et ma deuxième a eu besoin d’un peu plus de temps, mais a décidé d’elle-même d’abandonner les tétées nocturnes.”

Une maman heureuse = un bébé heureux

Morale de ce blog: allaitez aussi longtemps que cela vous fait du bien et arrêtez pour des raisons qui vous font du bien à vous aussi. Ne vous forcez pas à arrêter plus tôt ou à allaiter plus longtemps que vous ne le souhaitez. L’allaitement maternel ou l’alimentation au biberon peuvent contribuer à un bon sommeil. Ce que vous choisissez en fin de compte est à 100 % votre propre choix, car il s’agit de votre propre corps. Et rappelez-vous, une maman heureuse = un bébé heureux. Vous souhaitez obtenir plus d’informations sur la manière d’acquérir de bonnes habitudes de sommeil? Je vous recommande alors les guides du sommeil, ou même nos consultations ou parcours personnalisé.

Bises,
Nathalie

Laisser un commentaire

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.